Chargement...

©2016 Grandparissud.fr
Tous droits réservés

  • Actualités
  • Bandido-Hamada : la parité s'invite au festival Wall Street Art

Bandido-Hamada : la parité s'invite au festival Wall Street Art

Publié il y a plus d'un an

Pour la première fois, le festival Wall Street Art convie un duo féminin-masculin : une Américaine d’origine japonaise et un Argentin, vivant tous deux à Barcelone. Un vent multiculturel et de renouveau souffle depuis le 28 mai à Corbeil-Essonnes, qui n'est pas prêt de s'arrêter ! Portrait des artistes sur leur nacelle.

Les artistes Bandido-Hamada mettent la dernière main à leur fresque "Couleurs de printemps", juste avant l'inauguration, sur les murs de l'école Paul-Langevin à Corbeil-Essonnes.

Dès qu’ils sont arrivés à l’école Paul-Langevin de Corbeil, Mina Hamada et Zosen Bandido ont eu envie de peindre une fresque qui célèbrerait le renouveau des saisons, la croissance et bien sûr l’enfance. « Les enfants ont une compréhension intuitive de la peinture. Les couleurs, les formes simples les touchent », explique Bandido. Et cette œuvre s’intitule « Couleurs de printemps». Comme la palette des nuances de peau, de nationalités qui se mêlent dans cette école, à l’image du tandem d’artistes.



UNE ŒUVRE D’EQUIPE

Quand on interroge l’un, l’autre complète la pensée du premier. « On travaille en équilibre, souligne Zosen Bandido. Nous sommes deux personnalités spontanées et c’est cette combinaison qui crée la surprise d’œuvres pleines de couleurs, de joie et de vie. » « Il y a suffisamment de choses tristes dans le monde pour ne pas ajouter du noir au noir, confirme Mina Hamada. Et c’est aussi pour cela que nous avons fait le choix de la lumière, des formes simplifiées plutôt que celui du noir et blanc et des concepts compliqués. Nous voulons peindre des créations qui parlent au cœur de tout le monde, qui soit accessible à chacun et donnent de la joie. La rue et la couleur sont des médiateurs parfaits pour cela. »

« Grey is not a colour » Le gris n’est pas une couleur.



LE PUBLIC DE LA RUE

Durant les 6 jours qu’ils ont investi l’avenue René-Pierre, de nombreux passants ont admiré la fresque en cours de création. Parmi eux, des groupes scolaires. « Une vingtaine d’enfants nous ont posé beaucoup de questions. En tout cinq classes, de la maternelle aux 10-11 ans. Ils étaient étonnés de nous voir couverts de taches de peinture. Ils nous touchaient demandant si nos mères n’allaient pas nous gronder, nous étions si sales. (Rires). Malgré la barrière de la langue (les peintres ne parlent qu’anglais et espagnol), les rapports avec les enfants, les spectateurs étaient directs, très proches."

« Colors make happy » La couleur rend heureux.


MATISSE : UN AIR DE FAMILLE

« Les gens sont connectés à la couleur, précise Bandido. Il y a peu de temps, nous avons visité une exposition sur le peintre français Matisse, et c’est vrai que comme lui, nous utilisons des coloris francs, des formes libres, spontanées qui parlent à tout le monde.

Matisse, à la fin de sa vie, faisait beaucoup de découpages sur des feuillets multicolores, un peu comme le font les enfants. Quand on vieillit, les conventions sociales disparaissent, le besoin de reconnaissance aussi. On retrouve la simplicité de l’enfance et davantage de liberté, de créativité. Matisse allait à l’essentiel et parle au cœur de chacun. Ce sont ces œuvres-là qui m’émeuvent le plus. Elles sont intemporelles » souligne le peintre.

Une rencontre qui éclaire les yeux et le cœur. Alors, vous aussi courrez découvrir leurs cinq fresques sur les murs de l’école Paul-Langevin, à Corbeil-Essonnes. Vous serez transporté « Somewhere over the Rainbow » (quelque part au-delà de l‘arc-en-ciel).


Fresque "Couleurs de printemps", de Mina Hamada et Zosen Bandido - école Paul-Langevin, avenue René-Pierre, Corbeil-Essonnes. Festival Wall Street Art Grand Paris Sud.

Wall Street Art Festival

  • La plus grande fresque Street Art d’Europe avec 33 m de long par Speedy Graphito – Arènes de l’Agora à Évry-Courcouronnes, qui a nécessité 200 bombes de peinture et 350 litres de peinture acrylique
  •  40 artistes de renommée internationale venant du monde entier : Allemagne, Argentine, Australie, Brésil, France, Grande-Bretagne, Japon, Portugal
  •  37 grandes réalisations et des dizaines de trésors cachés : potelets, panneaux de signalisation, véhicules municipaux, armoires de fibre optique

Le Festival Wall Street Grand Paris Sud, c'est aussi l'artiste allemand ECB à Évry-Courcouronnes, le peintre Case Maclaim à Grigny, Jef Aérosol à Évry-Courcouronnes,  et le duo Mina Hamada et Zosen Bandido à Corbeil-Essonnes. 

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettent de réaliser des statistiques anonymes de fréquentation de ce site internet. En savoir plus